• Le patrimoine élégant

    Vue de Cassagnes

    A quelques encablures du village de Cassagnes, c'est là que l'on vient débusquer les témoins élégant d'un passé paysan : une architecture de pierres sèches, patrimoine vernaculaire inoubliables.

    Cassagnes semble endormi, bercé par le chuintement d'un légère tramontane à laquelle le village a préféré tourner le dos.Sur ce mamelon arrondi, les maisons s'accrochent les unes aux autres, face à un vignoble que les acteurs locaux ont su préserver. Une petite route s'avance timidement cap sur le vieux clocher, dans un espace que quelques constructions nouvelles ont colonisé. Sur les murettes cactus et figuiers jouent les envahisseurs, contournant telle pierre ou tel poteau bétonné redonnant à ces alentours urbanisés un petit air de campagne méditerranéenne charmante.

    Le parcours suit la route du barrage avant de basculer (à droite, rue du Camp Grand) vers un fond de vallon strié de larges bandes de ceps de vignes. La piste est goudronnée, l'allure de la promenade suit un rythme soutenu. Murette et typique oratoire donne aux lieux leur petite note charmante, le détail d'un panorama rural infini. A quelques mètres, une piste (tout droit) se termine sur un carrefour de chemins. Une sente guide les pas vers une zone boisée, où une végétation plus touffue semble s'étoffer à grand renfort de fraîcheur, à l(humidité d'un ruisseau timide. Une petite passerelle a été aménagée pour rejoindre le flanc voisin. Après un court passage ombragé, le chemin longe un muret de pierres sèches. Entre landes, garrigues et parcelles de vignes (tourner à gauche à la première intersection, à droite à la seconde), la promenade progresse en altitude, dévoilant petit à petit un panorama de plus en plus lointain. La tour de Trémoine, le Roc de Lansac, la silhouette un peu floue du château de Quéribus...

    Le plateau de Saint-Martin dévoile ses atours. Chaos rocheux et alignements réguliers de murettes découpent une immense étendue viticole. Les feuilles hésitent encore à se parer des couleurs de l'automne. Certains cépages semblent plus avides que d'autres à arborer ce rouge flamboyant qui surprend dans une harmonie de verts variés. En s'avançant (tout droit) vers les crêtes de la serre de Vingrau, on distingue les vestiges de la chapelle. L'aller-retour est rapide et charmant, le tour du propriétaire surprenant. Avec curiosité, on retrouve là les ruines d'un bâtiment qui semble avoir été protégé par des fortifications : une imposante porte a gardé quelques secrets. Mais la probable communauté pastorale qui vivait ici disposait aussi, à quelques pas, d'un splendide puits. La construction, datée du XIIème siècle, peut abriter une petite pose restauration (45mn).

    En revenant au croisement, on retrouve la piste gravillonnée qui s'avance, au sud-est, Força Réal en point de mire. Les chaos granitiques qui s'égrènent sur la colline éveillent des souhaits féeriques. On attend avec espoir un elfe souriant au détour du chemin. Mais d'infinis murs de pierres sèchent attirent les regards des curieux. De tous côtés on décèle de nombreux abris, baraques d'architecture variée : certaines font corps avec les murettes, d'autres sont le point de départ de murs d'enceinte. Certaines sont ramassées, de plafond bas, d'autres, dotées d'une ouverture étroite offrent un volume intérieur plus vaste. Certaines ont un plan de base circulaire d'autres disposent d'une surface plus rectangulaire. Elles ont cependant le point commun d'avoir été édifiées sans liant et pour la plupart de disposer de voûtes à encorbellement les pierres sèches sont disposées les unes sur les autres en surplomb par rapport à la rangée inférieure et sont légèrement inclinées vers l'extérieur.

    Le patrimoine élégant

    Cabane de plan carré à Saint-Martin (restaurée) Photos de Philippe Hurtebize

    La technique est époustouflante, la découverte offre l'émotion de la journée. A contrecœur il faut poursuivre le parcours à travers vignes jusqu'au col de l'Arque et la route départementale (1h). Le château de Cuxous toise de loin le passant. Ancien élément clé des propriétés du Fenouillèdes (en position de donner l'alerte à Quéribus ou aux tours à signaux de Trémoine et Lansac), il est aujourd'hui devenue une demeure privée. Quatre pas le long de la route suffisent à rejoindre un petit cabanon.

    On y retrouve une nouvelle piste gravillonnée, à suivre à gauche en pente douce vers le village. Dans un virage, un petit chemin à gauche entame la descente vers le fond de ravin (1h10). Au loin, la bonne humeur se laisse partager en provenance d'un mas. Les rires et commentaires d'une fin de journée de Chasse ?

    Au-delà du petit bois, on retrouve le chemin de début de parcours. L'effort ultime de la journée ne ravit pas tous les participants… sentier, piste et ruelles se succèdent dans la montée jusqu'à l'ambiance de quiétude de la cave coopérative (1h40). Dans le soleil couchant, les Corbières font un clin d'œil charmant à ce terroir du Fenouillèdes et à son vignoble exceptionnel dont on dégusterait volontiers les meilleurs crus( avec modération bien sûr).

    Article paru dans la Semaine du Roussillon


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique