• Saint-Hyppolyte

    Saint-Hyppolyte, l'étang de Salses

    Saint-Hyppolyte

    A deux pas de Perpignan, cette balade ultra-familiale reste relativement confidentielle. En bord d'étang, sur fond de Canigou, elle mérite amplement le détour. Bienvenue au pays des senills et des barques catalanes, patrimoine qu'une association s'attache à sauvegarder.

    La richesse naturelle de ce département est décidément aussi multiple qu'intarissable. La montagne, la mer, mais aussi les étangs constituent autant de terres de découvertes. Voici un aspect méconnu de celui de Salses, accessible à tous. Une promenade, digestive par excellence, à plat et qui peut conduire les plus courageux jusqu'au Barcarès.

    L'itinéraire particulièrement bien indiqué est réellement adaptable. S'agissant d'un aller-retour chacun « poussera » la ballade jusqu'où bon lui semble. Le chemin part à droite du point de départ. Dans un premier temps il longe l'étang au ras de l'eau. En moins d'une demi-heure vous parvenez à un ponton dont l'historique, raconté sur un panneau explicatif, est surprenant.

    Sur les traces de Mermoz et de Saint-Exupéry

    Située sur la commune de Saint-Laurent-de-la-Salanque, cette construction a participé à l'aventure aéronautique. En 1924 Pierre Georges Latécoère, créateur de la poste aérienne transcontinentale, choisit d'implanter une base d'essai d'hydravions sur la façade maritime de la commune. De nombreux pilotes dont Jean Mermoz et Saint-Exupéry ont participé entre 1925 et 1939 à ces mises au point. C'est ici également qu'a décollé pour la première fois en 1930 le mythique « LATE 28 Comte de Vaulx ». Le ponton long de 130 mètres et sur lequel se dressait autrefois une grue destinée à extraire les hydravions de l'étang constitue le seul vestige de ce patrimoine, la base d'essai ayant été détruite par les Allemands durant la seconde guerre mondiale. Même s'il présente moins d'intérêt, l'itinéraire se poursuit. Il longe une base militaire et peut se continuer ainsi jusqu'au Barcarès (compter 1h30 aller), après avoir traversé la D83.

    Les barques catalanes

    Une fois revenu au point de départ, il serait dommage de ne pas traverser le pont qui enjambe le canal pour admirer le travail de rénovation de barques catalanes réalisé par une association. Depuis plus de 10 ans, l'équipe Bonança s'est investie dans cette mission et le parc de barques Cassous, bettes, nacelles, sardinals ont repris vie et ornent fièrement le petit port caché au détour de l'étang. Abrités par une cabane de pêcheurs construite à la manière des anciens, faite de bois de récupération et de senills (roseaux qui poussent au bord de l'étang), les sociétaires de Bonança se retrouvent régulièrement pour assouvir leur passion, et déguster ensemble les ressources marines du site. Bonança participe également à la protection de l'environnement en entretenant soigneusement la bande de terre, d'eau et de pins qui constitue son repaire paradisiaque. Les mercredis et les samedis matin ces bénévoles ouvrent leurs portes au public.

    Saint-Hyppolyte

    Saint-Hyppolyte 
    Article paru dans La Semaine du Roussillon


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :