• Visite de la forteresse de Salses

    Visite de la forteresse de Salses

     

    Visite libre

    Visite de la forteresse de Salses

    Après avoir traversé un premier ouvrage de défense avancée et franchi à deux reprises le fossé, le visiteur pénètre dans la demi-lune sud (1), tour à bec au plan en fer à cheval, dont la grande salle dotée d'une cheminée monumentale a été transformée en espace d'accueil du monument.

    Un pont le sépare encore de la porte (2), flanquée de deux tourelles cylindriques pleines qui encadrent un bas-relief dont la sculpture très érodée pourrait représenter les armoiries d'Espagne. L'ambiance générale de la place est tout de suite donnée par la complexité du système de défense de ces accès : succession de lourdes portes, entrée coudée fermée par un mur avec fenêtre de surveillance, nombreuses meurtrières...

    Une fois passé ce dédale, on atteint une vaste cour carrée (3), au centre de laquelle se trouve un puits ; elle est bordée sur trois côté d'un portique à arcades qui donne accès à la chapelle voûtée (4), et aux écuries (5) surmontées de trois niveaux de casernement de la troupe présente autrefois. On évalue les forces de garnison présentes dans la forteresse à 1500 hommes et une centaine de chevaux.

    Le réduit (6) est séparé de la cour centrale par un fossé intérieur et par un rempart resté inachevé. Dans l'aile est, des salles d'exposition permanente (7) et un audiovisuel sont proposés au visiteur.

     

    Visite guidée

    Visite de la forteresse de Salses

    La visite guidée débute par le cavalier d'artillerie (plateforme surélevée enjambant une terrasse, jouant le double rôle de poste de surveillance et de défense) méridional (8), d'où l'on peut admirer un magnifique point de vue sur les étangs et la mer Méditerranée à l'est, les Corbières à l'ouest et au sud les Pyrénées.

    En empruntant le réseau de communications internes, on rejoint la tour d'angle sud-ouest (9) traversée sur toute sa hauteur par un orifice central servant à la fois de monte-charge, de porte-voix et d'évent ; au fond, un puits à eau alimenté naturellement par les sources sur lesquelles est implanté la forteresse, permet d'absorber les gaz des poudres et la fumée provoqués par les tirs des canons.

    On accède au donjon, qui occupe le centre de l'aile ouest, par une cour (10) totalement invisible de l'extérieur comme de l'intérieur de la place. Les courtines sont ainsi fractionnées en deux lignes de défense successives et le donjon fonctionne comme un ultime refuge, isolé de tout par un habile système de pont-levis et assurant sa propre défense par de multiples chambres de tir disposées sous tous les angles.

    Le donjon (11) se présente extérieurement sous la forme d'un rectangle plat côté cour, semi-circulaire côté campagne. Il comporte sept niveaux, la terrasse supérieure culminant à 20 mètres de haut ayant été à l'origine occupée par une tourelle de guet visible sur les dessins anciens mais aujourd'hui détruite.

    Les trois étages principaux sont équipés de manière à ce que ce poste de commandement de la forteresse soit aussi à usage d'habitation pour le gouverneur : cheminées, éviers, latrines reliées à un tout-à-l'égout, poste de puisage, alcôve, placards, fenêtres à bancs latéraux. Ce confort ne nuit ce pendant pas aux nécessités de l’efficacité militaire puisque les mêmes pièces sont équipées de nombreuses embrasures de tir et que chaque niveau donne accès à un important dispositif de communications internes facilitant le commandement.

    On quitte le donjon par une courette donnant accès au réduit (6) qui regroupe l'ensemble des organes vitaux de la forteresse organisés là encore autour d'une cour.

    Sur le front ouest se trouvent des magasins à poudre, une prison, les magasins aux vivres et aux farines, la boulangerie ; à l'angle nord-ouest, une pièce équipée de bassins d'eau et, au sol, de plusieurs canaux munis de glissières pour permettre le captage des sources et la distribution des eaux.

    Sur le front intérieur qui barre la cour centrale face à l'est, une vaste écurie et la cuisine ou laiterie (12), équipée d'une cheminée monumentale, d'éviers en pierre, mais aussi d'une embrasure de tir au cas où l'ennemi aurait réussi à se rendre maître de la partie commune de la place.

    Document distribué au château de Salses


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :