• Albi, c'est évidemment sa Cité épiscopale, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, mais pas que... Du Casteviel aux berges du Tarn, la cité qui a vu naître Toulouse-Lautrec voit défiler des centaines de milliers de touristes chaque année qui viennent se la couler douce, profiter des plaisirs de la table et arpenter un département du Tarn, riche en trésors. Alors, pourquoi ne pas partir à la découverte de la ville à l'occasion de son Carnaval en février ?

     

    Albi, une escapade culturelle et savoureuse

    Vue d'Albi depuis la rivière du Tarn.

     

    Un peu d'histoire...

    A l'époque gallo-romaine, Albi constitue un centre d'activités renommé et devient la Civitas albigensium. Pour protéger sa ville de l'insécurité, l'évêque saint Salvi fait entourer sa cité d'une enceinte fortifiée qui disparaîtra au XVIIIe siècle après avoir supporté sans trop de tragédies la croisade des Albigeois, la guerre de Cent Ans et les guerres de Religion. Lorsque dans le Sud, le catharisme s'étend, Albi et ses vicomtes, les Trencavel, prennent son parti dans une lutte qui sera menée avec acharnement contre ceux que l'on nomme à l'époque les « bonshommes ». A tel point que l'on finit par attribuer le nom d'Albigeois aux cathares et à la croisade qui s'ensuit. Et pourtant, Albi échappe aux malheurs. Les évêques, devenus seigneurs de la cité, feront bâtir une citadelle imposante, associant le palais de la Berbie et la cathédrale, pour prouver leur victoire sur l'hérésie. Albi se développe donc autour de la cité épiscopale, couvrant une superficie de 63 hectares. Pour répondre aux besoins de construction rapide avec des matériaux disponibles et peu onéreux, le choix se porte sur des briques languedociennes. Plus tard, des mécènes, tel Louis d'Amboise, lui apporteront quelques modifications et, au gré des modes architecturales, l'embelliront.

    Pour notre plus grand bonheur, Albi a gardé les traces de son passé, conservant ses quartiers aux allures médiévales et leurs entrelacs de ruelles.

     

    Des visites incontournables

    On commencera évidemment notre découverte d'Albi par la cathédrale Sainte-Cécile d'Albi, la plus grande cathédrale de briques au monde. Entre 1282 et 1480, la cathédrale est édifiée pour signifier le retour du pouvoir papal en terre cathare. Son écrasante silhouette de briques roses et son immense clocher haut de 78 mètres en tour de guet sur la région, au cœur du vieil Albi, lui vaut le titre de chef-d’œuvre du gothique méridional. Ce véritable vaisseau de briques, souvent comparé à un château fort, faisait partie du système défensif de la ville (intégrant aussi le Palais de la Berbie) et pouvait alors accueillir 6 000 Albigeois en cas de danger. Du Moyen Age, elle conserve la fresque du Jugement Dernier (qui couvrait à l'origine plus de 200 m2), où le Ciel, la Terre et l'Enfer sont mis en scène. Les fresques de la voûte forment l'ensemble le plus vaste et le plus ancien de France. Elle reste la seule cathédrale d'Europe dont les murs et les voûtes sont entièrement peints sur une surface couvrant près de 18 500 m2. Le jubé, de style gothique flamboyant, est orné d'une magnifique statuaire polychrome, témoignage unique de la sculpture française du XVe siècle. La salle du trésor, aménagée dans une ancienne chambre forte du XIIIe siècle, présente une collection d'objets d'art sacré du XIVe au XIXe siècle, et des objets de culte. Enfin, sainte Cécile, patronne de la musique, n'aurait pas de sanctuaire sans un orgue monumental ! Celui-ci date du XVIIIe siècle et si vous avez l'occasion d'écouter un récital, n'hésitez pas! 

    Plus bas, le Palais de la Berbie, imposante forteresse du XIIIe siècle, se dresse au pied de la cathédrale d'Albi et domine le Tarn. C'est dans l'enceinte de cet édifice prestigieux, ancien Palais des évêques, que le musée Toulouse-Lautrec s'est installé en 1922, réunissant la collection la plus importante au monde de ce peintre albigeois. Il accueille plus de 1 000 œuvres, tableaux, lithographies et dessins, ainsi que les 31 affiches qui ont fait la célébrité de l'artiste. Cette collection exceptionnelle retrace toute son œuvre, depuis ses tableaux de jeunesse jusqu'à son ultime toile, en passant par les années montmartroises et l'univers du théâtre et du café-concert, et illustre de façon exemplaire chacune des facettes de son talent. Le musée présente également des collections d'art moderne, d'amis ou de contemporains de Toulouse-Lautrec, ainsi que d'artistes ayant vécu à Paris pendant l'Entre-deux-guerres.

    Pour parfaire son parcours albigeois, il faudra aussi traverser le Pont-Vieux, bâti en 1035, visiter le musée de la Mode, le musée Laperouse ou la Maison du Vieil Alby.

     

    Albi, une escapade culturelle et savoureuse

    Statue saisissante de Sainte-Cécile allongée dans la cathédrale Sainte-Cécile d'Albi

     

    Le Tarn, la Toscane française

    Semblable à la Toscane, le Tarn recèle une multitude de petits villages très typiques et authentiques. La ville d'Albi pourrait bien être une Florence à la française, arrosée de soleil comme disait le poète. Le midi, on aime mettre à profit la dolce vita albigeoise pour s'installer en terrasse afin de déguster un petit plat du terroir. Au levée du jour, s'installent les terrasses des restaurants et des cafés dans la ville, donnant vie à cette nature morte. C'est évidemment au sein du quartier historique que se concentrent la plupart des restaurants, notamment autour de la place du Vigan, sur la place Sainte-Cécile, ou dans le labyrinthe envoûtant des vieilles venelles de la ville  : rue Castelviel, par exemple, avec le clos Sainte-Cécile et son ancienne cour de récréation donnant sur le clocher de la cathédrale, l'incontournable Vigan en face de la fontaine contemporaine illuminée le soir, le patio très ibérique du Lou Sicret pour plus de discrétion et d'intimité, la terrasse et le petit patio sous les glycines du Lautrec, ou même la terrasse intérieure du Classic, un peu à l'écart du centre. Ne manquez pas non plus les terrasses en face des dentelles de pierre du porche de la cathédrale ou la belle terrasse des halles. Toutes sont l'occasion de savourer la cuisine du terroir autant que le spectacle de l'architecture historique et les variations de la lumière sur les briques roses de la ville, tout en profitant du calme qui y règne. Alors, après une visite du vignoble millénaire de Gaillac, situé à quelques kilomètres d'Albi, préparez-vous à passer à table: charcuterie, truffes, fromages de chèvre et de brebis, les cartes des restaurants sentent bon les saveurs du Sud-Ouest.

     

    Albi, une escapade culturelle et savoureuse

    Musée Toulouse-Lautrec, Albi, Tarn Le musée Toulouse-Lautrec, salle des maisons closes

     

    Le Carnaval, événement incontournable de ce début d'année

    Et cet hiver, comme tous les ans, une vingtaine de chars va prendre possession de la ville du 14 au 22 février 2016. Une semaine de fête où parades, dégustation de crêpes géantes, groupes costumés et musique vont faire vibrer le centre-ville d'Albi. C'est le plus grand carnaval de la région et cette année c'est le monde rural qui va envahir la cité du Tarn avec le thème « La clé des champs ». De quoi s'offrir une escapade gourmande à la découverte des saveurs de la région. Et un magnifique point final à un périple albigeois.

    http://club.quomodo.com/carnaval-albi/accueil/accueil_


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique