• D'abord, le Club Belhambra, notre lieu de séjour, sur la côte nord de la pointe de la Coubre ; en face, Bouzigues, Marseillan; au loin, Agde et le Mont Saint-Loup : voilà ce que nous apercevons de notre chambre, surtout au coucher du soleil ; au sud, Sète, « la plus belle ville du monde » si l'on en croit notre chauffeur…

    On en a une vision panoramique depuis le Mont Saint-Clair : la ville descend par degrés jusqu'aux ports industriel ou de pêche - spécialité, les anchois - et s'ordonne autour du canal royal percé sous Louis XIV ; c'est de là que débute le canal du Midi, où se déroulent les joutes sur de longs bateaux plats, en direction de Béziers et que nous emprunterons plus tard.

    L'étang de Thau, c'est aussi l'aquaculture sur 20 km de long et 4 de large. Des eaux sans cesse renouvelées permettent l'ostréiculture, la mytiliculture sur des cordes pouvant se relever pour simuler le mouvement des marées. Fixées par trois, les huitres dites de Bouzigues, qu'elles soient de Bouzigues ou de Marseillan, ne descendent pas jusqu'au fond de l'étang pour leur éviter d'être dévorées par les crabes. La vie maritime est complétée par la pêche, surtout de la daurade royale. Sur les collines qui bordent l'étang, les vignes colorent le paysage d'un vert uniforme. C'est là qu'est produit le Picpoul et d'autres appellations qui accompagnent les dégustations de fruits de mer.

    Un bien beau territoire mi- maritime, mi- rural que nous avons découvert et parcouru avec grand intérêt lors du voyage culturel organisé par l'UIA en Languedoc et Roussillon ce printemps 2017.

    Nicole Hémon

    Article paru dans Université Inter-Âge du Val-de-Marne


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique