• Mémoire de l’internement

    Salle d'exposition du Mémorial, Rivesaltes

     

    Inauguré par le premier ministre en octobre 2015, le Mémorial du camp de Rivesaltes, près de Perpignan, se veut un lieu de référence des mémoires et de l’histoire de l’internement en France. Espace d’échanges et de débats, le Mémorial a inscrit les actions pédagogiques au cœur de son projet.

    Le Mémorial du camp de Rivesaltes est construit sur l’ancien îlot F du camp, au milieu des vestiges des baraques, derniers témoins d’un camp où plus de soixante mille personnes sont passées. Conçu par l’architecte Rudy Ricciotti qui a choisi « d’affronter la violence cachée de ce lieu », le bâtiment partiellement enfoui dans le sol, s’insère parfaitement dans son environnement.

    Sur 1000 mètres carrés d’exposition permanente, le visiteur découvre l’histoire singulière de ce camp et des populations qui y ont été internées ou qui y ont transité au rythme des grands drames du XXème siècle : camp d’internement du sud de la France en 1941 et 1942 pour les Républicains espagnols, les juifs étrangers et les tsiganes, centre de séjour surveillé par les collaborateurs et dépôt de prisonniers de guerre entre 1944 et 1948, lieu de relégation pour les Harkis et leurs familles entre 1962 et 1964, lieu de transit pour les tirailleurs guinéens, nord-vietnamiens et malgaches en 1965. La scénographie replace le récit singulier de ce lieu, longtemps oublié, au cœur de l’histoire des déplacements forcés de populations au cours de cette période, qui a connu une diversité d’histoires et de mémoires. Elle rappelle également le contexte historique des camps français d’internement entre 1938 et 1946.

    La transmission de l’histoire au cœur des actions pédagogiques

    Ses multiples ressources – expositions, programmes culturelle et scientifique, pôle pédagogique et centre de documentation – contribuent à faire du mémorial un lieu d’échanges et de débats avec l’organisation de colloques, séminaires, conférences, ouverts à tous. En direction de la jeunesse, il a développé au sein du service éducatif une offre pédagogique pour les élèves, déclinée à tous les niveaux scolaires. Pour ce faire, l’équipe du mémorial, renforcée par la présence de six enseignants détachés par le rectorat, s’implique dans les projets pédagogiques et accompagnent les professeurs et leurs élèves au cours des visites et de la réalisation de travaux, prépare et encadre des sessions de formation des enseignants.

    Certaines actions pédagogiques sont développées en lien avec la programmation comme « Les nuits du Mémorial ». Ces événements réunissent public et personnalités, artistes et représentants de la société civiles, qui exposent leur histoire ou expliquent leur démarche. D’autres manifestations culturelles – les journées européennes du patrimoine ou la Semaine nationale de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme – constituent autant d’occasions d’associer les établissements scolaires lors des visites, conférences, tables rondes ou encore spectacles. Des « Rencontres de jeunes Européens » sont également organisées chaque année. Toutes ces activités qui associent les jeunes participent au dialogue intergénérationnel et font partager le message humaniste du mémorial.

    Par ailleurs, le mémorial s’est doté d’un conseil scientifique pour poursuivre les recherches sur l’histoire du camp, recueillir des témoignages, enrichir les fonds documentaires et publier des ouvrages. Son projet scientifique est d’élargir l’histoire du camp à l’ensemble des sciences humaines, en trouvant des prolongements dans le monde contemporain, notamment sur les déplacements forcés de la population.

    Pour en savoir plus : www.memorialcamprivesaltes.eu 

    Article paru dans « Les chemins de la Mémoire »


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique