• Du 3 au 6 février, Port-Vendres vous invite à l’exposition « La Retirada » au Centre Culturel.

    Février 1941, afin de prévenir une éventuelle insurrection et d’expurger les camps du sud de la France des éléments les plus « dangereux pour la sécurité nationale », Vichy prévoit de déporter 5000 internés français et étrangers vers deux nouveaux camps d’internement algériens : Djelfa, terminus sud-saharien pour les internationaux, et la redoute de Bossuet pour la majorité des Français.

    Du 2 mars 1941 au 27 août 1942, dix convois quittent Port-Vendres pour Oran et Alger emportant dans leurs soutes 529 militants communistes français et 1100 étrangers dont 600 réfugiés espagnols et près de 500 anciens brigadistes internationaux en provenance des camps de Vernet, d’Ariège, et d’Argelès-sur-Mer.

     

    Jeudi 4 février : Hommage aux républicains espagnol à la stèle du cimetière à 17 h. À 20 h au Ciné-théâtre Le Vauban, projection du film « Épopée d’Espagne, les brigades internationales » et conférence « Port-Vendres, 1941-42, des bateaux pour Djelfa » par Grégory Tuban, journaliste et historien.

    Exposition au Centre Culturel de 10h à 12h et de 14h à 18h.


    votre commentaire
  •  

    La 2ème République Espagnole est née le 14 avril 1931 du scrutin qui donne la victoire aux partis de gauche.

    Le 18 juillet 1936 éclate un coup d'État Militaire ayant débuté au Maroc, à sa tête le Général FRANCO. Dès le lendemain commence un soulèvement populaire, divisant l’Espagne en deux camps irréductibles qui vont s’affronter les armes à la main pendant une guerre civile sans merci.

    Le destin bascule en janvier 1939 quand FRANCO, aidé d’HITLER et de MUSSOLINI, gagne la Bataille de l’Ebre et ensuite investi Barcelone.

    La retraite (LA RETIRADA) commence alors pour les Républicains Espagnols, vaincu après avoir été trahis, qui espèrent trouver de l’autre côté de la frontière une France amicale, fraternelle, le Pays des Droits de l’Homme, gouvernée aussi par un Front Populaire. Mais il ne s’agit pas du même.En quelques jours, du 2 au 6 février, 500000 personnes : soldats, travailleurs, femmes, enfants, vieillards, blessés, malades passent les postes frontière complètement débordés.

    Dans l’improvisation la plus complète, gendarmes et militaires entassent les réfugiés sur les plages : tout d’abord Argelès ou le 6 février il y a 20000 réfugiés. Mais le 8 il y en a 60000 et le 9, 75000. Bientôt ils sont 100000 et il faut rapidement ouvrir un autre camp, celui de Saint Cyprien ou le 9 on compte déjà 72000 internés. Puis ce sera le Barcarès.

    Les gens sont là, parqués entre la mer d’un côté et une rangés de fils barbelés de l’autre, sans abri aucun, sans eau potable, sans latrines et tout cela durant un mois de février d’un hiver particulièrement rigoureux, avec l’incontournable Tramontane qui vous coupe en deux, vous jette inlassablement le sable de la plage…

    Peu à peu, les prisonniers avec ce qu’ils peuvent rassembler construisent des baraquements de bric et de broc, jusqu’à ce qu’on leur donne des matériaux valables. A Saint Cyprien, là, comme ailleurs rien n’avait été prévu sauf les barbelés…

    Les prisonniers sont arrivés au camp après 2 jours sans manger et le jour suivant on leur jette un pain pour 25, tout ça pour le plaisir de les voir se battre pour en ramasser un morceau… Ensuite, on leur donne de la nourriture crue et qu’ils se débrouillent pour cuire et manger… Il y règne le paludisme, à cause des eaux stagnantes, la dysenterie et la conjonctivite aiguë… En janvier 1940, soit un an après, il reste encore environ 70000 internés dans les camps, malgré qu’on y a puisé une main d’œuvre bon marché, répartie sur tout le territoire national.


    votre commentaire
  • Date

    Noms

    Prénoms

    18/02/1939

    Inconnu 

     

    27/02/1939

    TERREDEBESSES 

    Emilio

    27/02/1939

    SALVADOR COLLADO 

    Mariano

    01/03/1939

    PASCUAL FREMONT 

    Juan

    10/03/1939

    GOMEZ 

    Pedro

    10/03/1939

    GUBIASA  

    José

    11/03/1939

    SUBIRANA 

    Francisco

    12/03/1939

    PALLARES 

    Emilio

    13/03/1939

    MALLOFE 

    José

    14/03/1939

    HENRICH TOMAS 

    Miguel

    15/03/1939

    BARRERA 

    Julian

    15/03/1939

    FONT BUSQUET 

    Arturo

    17/03/1939

    Inconnu 

     

    17/03/1939

    ROLDAN 

    Joaquim

    17/03/1939

    DOMINGO GROS 

    José

    19/03/1939

    PEREZ GALIEGO 

    Angel

    19/03/1939

    CAMPROBI SOLER 

    Juan

    22/03/1939

    CAIXAS PLASA 

    Ramon

    23/03/1939

    GATELL ODEVA 

    Anselmo

    25/03/1939

    GINES 

    Andres

    26/03/1939

    VILARDAGE ROCA 

    José

    27/03/1939

    BIOSCA VALLS 

    Manuel

    01/04/1939

    GUTERREZ SALA 

    Castor

    02/04/1939

    SOPENA GARCIA 

    Luis

    03/04/1939

    LOPEZ RODRIGUEZ 

    Juan

    11/04/1939

    NOVELLOU OLIVERAS 

    José

    12/04/1939

    GONSALEZ SANGUINO 

    Luis

    18/04/1939

    PETIT ROFOLS 

    José

    23/04/1939

    FERNANDEZ RODRIGUEZ 

    Andres

    26/05/1939

    BORRAS BAQUERA 

    Juan

    31/10/1939

    MUNTANER SARRADO 

    Jacinto

    05/11/1939

    ALVAREZ ARANDA 

    Candido

    20/11/1939

    MORENO DURAN 

    Francisco

    25/11/1939

    VINOLAS SANTAGREU 

    Juan

    02/12/1939

    GARCIA DE LA FRAGUA 

    Juan

    07/12/1939

    MORENO ALCALA 

    Mariano


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique